Une commande linux qu’elle est utile c’est grep :

Rechercher récursivement

‘r’ pour récursif & ‘l’ pour lister les fichiers

 

Une autre commande qu’elle est super, c’est sed :

Remplacer

i‘ pour éditer le fichier
nota : pour remplacer une url, substituer les ‘ / ‘ par des ‘ , ‘

 

Pour rechercher et remplacer dans plusieurs fichiers de façon récursive, voici comment faire :

Rechercher & remplacer

xargs‘ permet de combiner notre recherche avec le remplacement !
Une commande pratique mais aussi très rapide.

 

Bonus

Et si vous souhaitez exclure certaines extension de fichiers,  les script shell par exemple :

 

A l’inverse pour traiter les fichiers d’une seule extension :

Dans le terminal, globalement les commandes sont courtes et facile à retenir comme cp pour copier, mv pour déplacer (move), ls pour lister… mais ça se complique un peu si vous utilisez régulièrement des arguments ls -l pour détailler le listing d’un fichier avec les privilèges, les propriétaires… ls -a pour vois les fichiers cachés…

Retaper 100 fois la même commandes avec les mêmes arguments, c’est lourd, surtout si vous voulez décompresser un fichier en .tar.gz

et pour compresser, ce n’est guère mieux :

Même les techniques de ninjas pour mémoriser cette commande ne fonctionne pas avec moi, la solution existe, créer des alias.

Pour ce faire, éditez le fichier .bashrc qui est dans votre dossier home :

à la fin de celui-ci, vous pouvez ajouter des alias sous cette forme :

concrètement :

Après avoir relancé votre terminal,  ou exécuté la commande :

les commandes ll, la, tar et untar fonctionneront. Nous pouvons en imaginer des tonnes comme :

Pour utiliser cette nouvelle commande voici la syntaxe :

 

NB : pour certaines distributions, le fichier .bashrc contient plusieurs paramètres dont celui-ci :

Il faudra donc ajouter les alias dans le fichier .bash_aliases au lieu de .bashrc

Mise à jour le 22/07/2016 suite à l’excellent commentaire de leknoppix.

Sur votre serveur virtuel, vous avez installé apache, php, mysql, c’est super mais pas moyen de faire fonctionner plusieurs sites et de faire pointer vos noms de domaine ( et sous domaines ) vers vos différents répertoires dans /var/www/html

Pas de panique, voici la solution.

Ce tuto est destiné à un serveur de prod, un vps hébergé chez OVH, mais vous pouvez très bien le transposer à un autre serveur. Si vous développez à la maison, en remplacement du premier chapitre, je vous conseille cet article permettant de donner une adresse bidon à son site en lieu et place de 127.0.0.1 ou de localhost.

 

1 . Le nom de domaine

Dans votre espace client OVH, sélectionnez le nom de domaine : jaimelasaucisse.fr … c’est un exemple, j’aime la saucisse mais pas au point de payer un tribut à l’AFNIC pour autant.

Dans l’onglet « Zone DNS » vérifiez que votre domaine jaimelasaucisse.fr a été créé avec le type A et le type AAAA qui pointe bien vers les IP de votre VPS. ( type A = IPv4 & le type AAAA IPv6 )

Si vous voulez ajouter un sous domaine, un petit clic sur le bouton « Ajouter une entrée« , choisir dans « champs de pointage » le bouton « A » puis tapez votre sous domaine (toulouse.jaimelasaucisse.fr) et l’IPv4 de votre VPS comme « Cible« . Et c’est tout pour la gestion du domaine.

 

2 . Le stockage

Si je peux me faire mettre un conseil, créez un dossier par domaine. Et de sous dossiers pour chaque domaine et ses sous domaines.

et attribuer les dossiers à l’utilisateur www-data

3 . VirtualHost

Niveau apache, deux règles à respecter pour mieux s’y retrouver.

Premièrement, le nom du virtual host doit être identique au nom de domaine, c’est à dire :

Et deuxièmement, les sous domaines cohabitent dans le même fichier de configuration.

Un copié / collé sauvage avec ceci :

Reste à activer avec :

Et ça marche !

Pour ajouter un nouveau sous-domaine, plus besoin de toucher au virtual host, un nouveau dossier dans /var/www/html/jaimelasaucisse.fr portant le même nom que le sous domaine et le tour est joué.

Important ! Si ça ne fonctionne plus avec l’installation de Let’s Encrypt ou autres pourvoyeurs de https://
Alors rendez vous au §4 de l’article : Passer son serveur en https avec Let’s Encrypt

 

Si vos dossiers sont vides, voici comment y palier temporairement :