Le titre de l’article est mensonger. Je ne vais pas détailler, la procédure pour installer Let’s Encrypt, car c’est très bien fait sur cette page :

https://www.human-geek.com/installer-lets-encrypt-sur-un-vps-ovh/

Rapide résumé (pour comprendre allez voir le tuto sur human-geek.com)

Et arrivé à ce point vous devriez avoir le choix du ou des domaines pour activer le https… oui mais pas chez moi, rien du tout, il me propose de les ajouter à la main et après ça plante !

PAS DE PANIQUE

Voici les 4 erreurs que j’ai rencontré en installant Let’s Encrypt:

 

1 . Le port 443 doit être libre

Si vous avez configuré votre accès SSH sur le port 443… et bien retour sur le port 22 obligatoire.

Le 443 doit être disponible sous peine de ne pas comprendre pourquoi le script bug.

 

2 . Let’s Encrypt ne trouve pas les noms de domaine

Le virtual host d’Apache est en cause, même ma super config plante à ce stade.

Les régles à respecter pour que ça marche :

  1. Un seul nom de domaine par fichier de configuration /etc/apache2/sites-available/
  2. Pour voir votre nom de domaine proposé avec et sans le www il faut commencé la config ainsi :

    Dans mon tuto sur la configuration d’un virtual host avec gestion automatique des sous domaines, j’ai besoin de cette ligne :

    Aucun soucis, les ServerAlias sont cumulables, donc :

Vous pouvez maintenant relancer le script :

Et reprendre le tuto sur human-geek.com

En cas de pépins, revenez ici.

 

3 . Firefox m’affiche un avertissement concernant du contenu mixte et bloque certains éléments

Comme détaillé sur la page officielle : Le blocage du contenu mixte avec Firefox

Simple, il y a dans votre code source au moins un lien en http:// au lieu de https://

Une bibliothèque javascript importé depuis un serveur ou comme moi cette balise :

Balise qui réglé le problème d’arborescence factise de l’url rewriting.

Il faut tout simplement ajouter un s à la fin du http :

Et Firefox affichera votre page https sans soucis !

 

4 . C’est bien joli mon gars, mais ta super config de la mort ne fonctionne plus

Crotte, vous vous souvenez du tuto : VirtualHost et nom de domaines sur un VPS OVH, ben ça déconne à plein gaz maintenant !

La raison, Let’s Encrypt ajoute quelques lignes dans vos virtual host dans /etc/apache2/sites-available/

A la toute fin, juste avant </VirtualHost> , vous pourrez voir ceci :

Sauf que pour la peine nos règles de ré-écriture avant sont ignorées, il faut donc déplacer les lignes ci-dessus juste en dessous de RewriteEngine on, exemple :

 

J’ai depuis deux ans, un Raspberry Pi à la maison pour écouter des radios par internet avec MPD et MPC.

Depuis peu, j’ai un haut parleur Bluetooth, qui se connecte au Raspberry par le biais d’un dongle usb de ce type.  Le tout fonctionne bien, mais pour éviter de planter le service MPD il faut arrêter la lecture avant d’éteindre le haut parleur. Dans le cas contraire, il faut se connecter au Raspberry en SSH et lui coller :

C’est soit ça, soit un redémarrage du Pi.

Pour éviter ceci, j’utilise UDEV qui est déjà présent sur votre distribution car c’est un gestionnaire de périphérique sous linux.

Nous allons lui dire d’exécuter un script quand notre haut parleur se connecte et un autre script à la déconnexion.

et ajouter les deux lignes :

la première ligne va lancer le script /usr/lib/udev/bluetooth_add à la connexion (ACTION== »add »)

et la deuxième ligne va lancer le script /usr/lib/udev/bluetooth_remove à la déconnexion (ACTION== »remove »)

Reste à créer les scripts :

Contenu de /usr/lib/udev/bluetooth_add :

Contenu de /usr/lib/udev/bluetooth_remove :

Problème réglé.

 
Petit bonus pour les heureux parents bidouilleurs qui pour des raisons absconses aux yeux de certains ne souhaitent pas lancer la musique trop forte quand leurs enfants dorment (enfin !)

Voici comment modifier le script de connexion /usr/lib/udev/bluetooth_add :

Volume à 70 le jour entre 8h00 et 21h00
Volume à 30 la nuit entre 21h00 et  8h00

Si vous avez aimé, si cela vous a aidé, ou si vous avez un petit script, merci de laisser un commentaire 😉

Sérieusement, je n’ai jamais accroché à vim, et je ne suis pas parvenu à me faire à emacs. Si j’ai un environnement graphique sous la main, gedit me va bien. Pour des petites modifications ou en ssh, j’aime nano.

Seulement voilà, nano peut demander quelques modifications pour être plus convivial.

La souris

Avec le raccourci clavier Alt + m , la souris sera activée et permettra de pointer précisément dans le fichier. Pratique pour un copier / coller. Le double clic permet de faire une sélection.

Pour une raison obscure, l’activation de la souris, désactive le défilement molette. Il faut alors la désactiver avec de nouveau un Alt + m

Pour que la souris soit activée par défaut, modifier le fichier /etc/nanorc , dé-commenter la ligne :

 

L’indentation

Encore une fois dans le fichier /etc/nanorc :

 

La coloration syntaxique

Le tuto de Korben qu’il est très bien fait.

Pour faire un petit enregistrement d’un flux depuis le terminal, wget est votre ami !

Vous pouvez essayer :

Ça fonctionnera. Mais il faudra penser à arrêter l’enregistrement au bout d’un certain temps avec un Ctrl + c

Si vous voulez essayer avec un flux existant, voici celui de WDRV – 97.1 The Drive, une superbe radio rock de Chicago :

 

Automatiser l’enregistrement

Pas toujours simple d’écouter une émission au moment ou elle est diffusée, entre le boulot, la famille voir même le décalage horaire avec des radios outre atlantique, il peut être pratique d’enregistrer un morceau pour se l’écouter plus tard.

Pour automatiser cela, un petit script comme celui-ci est parfait :

 

Il faut le rendre éxecutable et le lancer avec les trois arguments qui sont : le temps d’enregistrement en minutes et l’URL du flux et le nom de la Radio ou de l’émission.

 

Dernière étape, programmer à heure fixe l’enregistrement avec crontab :

A la fin du fichier, cette ligne fera l’affaire :

nb : pensez à changer le chemin vers le script

Pour rappel, le codage du temps dans cron se fait dans l’ordre :

minutes (de 0 à 59)
heure (de 0 à 23)
jour du mois (de 1 à 31)
numéro du mois (de 1 à 12)
numéro du jour dans la semaine (de 1 à 7)

Si vous n’avez pas de coloration dans votre terminal, ça vaut le coup de jeter un oeil dans le fichier .bashrc de votre dossier home :

Si son contenu est le suivant :

Ne cherchez pas plus, il vous manque les lignes pour la coloration.

Pour l’ajouter, votre fichier .bashrc doit ressembler à ceci :

J’ai ajouté quelques alias à la fin du fichier, comme vu dans ce précédent article.

Et si votre fichier .bashrc contient déjà toutes ces lignes mais que la coloration ne fonctionne pas, il faut souvent dé-commenter* la ligne :

* enlever le dièse en début de ligne

Une commande linux qu’elle est utile c’est grep :

Rechercher récursivement

‘r’ pour récursif & ‘l’ pour lister les fichiers

 

Une autre commande qu’elle est super, c’est sed :

Remplacer

i‘ pour éditer le fichier
nota : pour remplacer une url, substituer les ‘ / ‘ par des ‘ , ‘

 

Pour rechercher et remplacer dans plusieurs fichiers de façon récursive, voici comment faire :

Rechercher & remplacer

xargs‘ permet de combiner notre recherche avec le remplacement !
Une commande pratique mais aussi très rapide.

 

Bonus

Et si vous souhaitez exclure certaines extension de fichiers,  les script shell par exemple :

 

A l’inverse pour traiter les fichiers d’une seule extension :

Dans le terminal, globalement les commandes sont courtes et facile à retenir comme cp pour copier, mv pour déplacer (move), ls pour lister… mais ça se complique un peu si vous utilisez régulièrement des arguments ls -l pour détailler le listing d’un fichier avec les privilèges, les propriétaires… ls -a pour vois les fichiers cachés…

Retaper 100 fois la même commandes avec les mêmes arguments, c’est lourd, surtout si vous voulez décompresser un fichier en .tar.gz

et pour compresser, ce n’est guère mieux :

Même les techniques de ninjas pour mémoriser cette commande ne fonctionne pas avec moi, la solution existe, créer des alias.

Pour ce faire, éditez le fichier .bashrc qui est dans votre dossier home :

à la fin de celui-ci, vous pouvez ajouter des alias sous cette forme :

concrètement :

Après avoir relancé votre terminal,  ou exécuté la commande :

les commandes ll, la, tar et untar fonctionneront. Nous pouvons en imaginer des tonnes comme :

Pour utiliser cette nouvelle commande voici la syntaxe :

 

NB : pour certaines distributions, le fichier .bashrc contient plusieurs paramètres dont celui-ci :

Il faudra donc ajouter les alias dans le fichier .bash_aliases au lieu de .bashrc